« Je suis Dieu » : Extrait de «la vie des maîtres»

par Baird Spalding

Tandis que je me tiens seul dans ton grand silence, Dieu mon Père, une lumière pure flamboie en mon sein et emplit de son grand rayonnement chaque atome de mon corps.
La vie, l’amour, la force, la pureté, la beauté et la perfection surgissent en moi de toute leur puissance.
Tandis que je regarde au coeur même de cette lumière, j’en vois une autre, liquide, douce, d’un blanc doré et radieusement claire, qui absorbe, nourrit et irradie le feu caressant de la grande lumière.

Je sais maintenant que je suis Dieu, ne faisant qu’un avec tout l’Univers.

Je murmure à Dieu mon Père, et rien ne me trouble, même si dans ce silence complet règne la plus grande activité de Dieu.

Le rayonnement de la lumière s’étend maintenant du vaste Univers de Dieu et je sais que la vie consciente est partout.

Je répète sans crainte que je suis Dieu.

Et si je suis silencieux, je n’ai pas peur.

J’élève le Christ bien haut en moi et je chante les louanges de Dieu.

L’inspiration fredonne dans la tonalité de ma musique.

La Grande Mère chante une vie nouvelle de plus en plus fort en moi.

Plus fort et plus clairement chaque jour, l’inspiration élève ma pensée consciente jusqu’à la mettre à l’unisson du rythme de Dieu.

A nouveau j’élève bien haut le Christ et je prête une oreille attentive à la joyeuse musique.

L’harmonie est ma clé, Dieu est le thème de mon chant.

Il scelle mon cantique du sceau de la Vérité.

Me voici né de nouveau en Christ et je suis libre dans la grande lumière de l’Esprit de Dieu mon Père.

Ton sceau est tracé sur mon front….j’accepte.

Je tiens très haute ta Lumière, Dieu mon Père, et à nouveau, j’accepte.