L’amour entre les êtres

Chacun a le devoir, dans toute la Nature,

Depuis le plus petit à l’Âme la plus pure,

Non seulement d’aimer et d’aider son prochain,

Mais de se dévouer sans répit et sans fin

Et l’âme qui pratique une bonne action

En ressent une intense et douce émotion,

Une joie, un bonheur sublime, ineffaçable,

Auquel nul bonheur n’est vraiment comparable,

Les plus heureux sont ceux qui travaillent toujours

Pour élever autrui, dont le degré d’amour,

Leur fait même oublier leur personnalité,

Car ils sont le plus près de la divinité,

Puisque Dieu, tout amour et tout contentement

Ne travaille jamais qu’au bien de ses enfants,

Oh ! que cette oeuvre est pure et qu’elle est merveilleuse !

Comme elle resplendit de clartés lumineuses !

Car l’ Amour est un feu : plus la flamme en est pure

Plus elle rend heureux , plus longtemps elle dure,

On accroît son ardeur , comme on la purifie

A mesure qu’on lutte et qu’on se sacrifie