Pendant mes séances, mentalement, je prie beaucoup. Pour moi la prière est la base fondamentale de toute demande que je fais pour obtenir la guérison d’un patient.   La prière fait monter mes vibrations. Je sens beaucoup plus d’énergie en moi, et je peux être encore plus efficace. En priant pour les autres, on prie pour la personne concernée, et par « ricochet », comme nous sommes tous reliés les uns aux autres, nous prions pour la planète entière.

Prier ce n’est pas prononcer des mots dont on ignore la signification mais cela se fait dans le silence de notre cœur. Prier c’est déjà remercier d’être exaucé. Ce que je demande, je l’ai déjà dans mon esprit, donc entre mes mains.

J’ai dit plus haut que prier pour les autres, c’est prier pour la planète entière, c’est aussi prier pour soi-même. Dans son merveilleux livre « 13 leçons sur la vie des maîtres » Baird T. Spalding a démontré la relation des mots d’une prière avec notre système glandulaire. En se mettant en état de relaxation, on s’aperçoit combien nos centres énergétiques, donc nos glandes, sont influencés par la prière.

Voici la correspondance des vers du « Notre Père » sur les glandes concernées telle que nous la livre Monsieur Spalding :

Notre Père qui êtes aux cieux / Glande pituitaire

Que ton nom soit sanctifié / Glande pinéale

Que ton règne vienne / Thyroïde

Que ta volonté soit faite sur la terre / Thymus

Comme au ciel / Thyroïde

Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jourGlandes sexuelles

Pardonne-nous nos offenses, comme nous pardonnons aussi, à ceux qui nous ont offensésSurrénales

Et ne nous soumets pas à la tentationCellules de Lyden Glandes de Leydig (sous le nombril)

Mais délivre nous du malThymus

Car c’est à toi qu’appartienne le règneThyroïde

La puissanceGlande pinéale

Et la gloireGlande pituitaire

Amen 

Soyez bénis. Maintenant, il ne vous reste qu’à faire votre propre expérience. Par la prière nous maintenons au plus haut les vibrations de la planète, afin que l’équilibre soit maintenu. Prier doit être comme un traitement médical à long terme, que l’on doit pratiquer tous les jours jusqu’à la fin de sa vie. A la différence du traitement médical, nous pouvons dépasser la dose prescrite.